:: One-(Week/Month) Stand

:: articles triés par date...

:: articles triés par nom...

:: hinah diary

:: hinah RSS
hinah RSS

:: sur la platine

Sam Amidon

"The Following Mountain"

The Bats

"The Deep Set"

Borja Flames

"Nacer Blanco"

André Brasseur

"Lost Gems From The 70's"

René Costy

"Expectancy"

The Feelies

"In Between"

Greenberger Jones Corsano

"An Idea In Everything"

Ignatz

"The Drain"

Mendelson

"Sciences Politiques"

Hailu Mergia & Dahlak Band

"Wede Harer Guzo"

Mdou Moctar

"Afelan"

Moon Duo

"Occult Architecture Vol. 1 & 2"

Thurston Moore

"Rock N Roll Consciousness"

Janko Nilovic

"Chorus" & "Funky Tramway" & "Pop Impressions"

Orso Jesenska

"Effacer la mer" & "Les variations d'ombre"

Piano Magic

"Closure"

Benoît Pioulard

"The Benoît Pioulard Listening Matter"

Fatou Seidi Ghali & Alamnou Akrouni

"Les Filles de Illighadad"

Sleaford Mods

"English Tapas"

Sun Ra

"The Magic City" & "Other Planes Of There"

Tinariwen

"Elwan"

Various Artists

"The Hired Hands - A Tribute To Bruce Langhorne"

Various Artists

"Funky Chimes - Belgian Grooves From The 70's - Part 1 & 2"

Richard Youngs

"Inside The Future" & "The Rest Is Scenery"

01-03-2000

M. Ward - Duet For Guitars #2

M. Ward

"Duet For Guitars #2"

Un petit paquet arrivé par la Poste de la part d'une camarade internaute passionnée par le folk américain et en particuliers par un de ses célèbres canards boiteux, Vic Chesnutt, voilà qui est très tentant. Surtout qu'en lisant la petite biographie du groupe, on trouve une jolie histoire comme on les aime bien : Matt gratouille, comme nombre de personnes, sa guitare en compagnie de son camarade Adam Selzer jusqu'au jour où Ira de Yo La Tengo répond à un de ses courriers, disant qu'il aime énormément leurs morceaux. Du coup les deux lascars se mettent plus sérieusement au boulot et ils finissent par croiser la chance en la personne de Howe Gelb, leader de Giant Sand, qui signe le groupe aussitôt sur son label.
C'est par un titre instrumental que débute cet album. Un titre qui vient tout de suite effacer l'excitation et les tensions courantes en obligeant l'auditeur à s'asseoir pour écouter posément les douze titres. Chez Matt Ward, les guitares acoustiques dominent l'ensemble, des guitares qui nous entrainent dans une petite bulle où la simplicité, l'intimité, la fragilité et la nonchalance sont les maîtres d'oeuvre. Des guitares qui sont également les précieuses amies de la voix de Matt Ward, une voix erraillée et rocailleuse à souhait, une voix qui rappellera celle d'un autre grand écorché américain : Mark Linkous de Sparklehorse (qui hante les chansons les plus rapides - ou surtout les moins lentes).
Que dire de plus... peut-être que cet album de Matt Ward et de ses trois acolytes est un album à user jusqu'à la corne pour s'imprégner totalement de cet univers "rachitiquement" séduisant et passionnant.

 
XHTML | CSS | hinah RSS