:: One-(Week/Month) Stand

:: articles triés par date...

:: articles triés par nom...

:: hinah diary

:: hinah RSS
hinah RSS

:: sur la platine

Sam Amidon

"The Following Mountain"

The Bats

"The Deep Set"

Borja Flames

"Nacer Blanco"

André Brasseur

"Lost Gems From The 70's"

René Costy

"Expectancy"

The Feelies

"In Between"

Greenberger Jones Corsano

"An Idea In Everything"

Ignatz

"The Drain"

Mendelson

"Sciences Politiques"

Hailu Mergia & Dahlak Band

"Wede Harer Guzo"

Mdou Moctar

"Afelan"

Moon Duo

"Occult Architecture Vol. 1 & 2"

Thurston Moore

"Rock N Roll Consciousness"

Janko Nilovic

"Chorus" & "Funky Tramway" & "Pop Impressions"

Orso Jesenska

"Effacer la mer" & "Les variations d'ombre"

Piano Magic

"Closure"

Benoît Pioulard

"The Benoît Pioulard Listening Matter"

Fatou Seidi Ghali & Alamnou Akrouni

"Les Filles de Illighadad"

Sleaford Mods

"English Tapas"

Sun Ra

"The Magic City" & "Other Planes Of There"

Tinariwen

"Elwan"

Various Artists

"The Hired Hands - A Tribute To Bruce Langhorne"

Various Artists

"Funky Chimes - Belgian Grooves From The 70's - Part 1 & 2"

Richard Youngs

"Inside The Future" & "The Rest Is Scenery"

01-01-2000

Chappaquiddick Skyline - Chappaquiddick Skyline

Chappaquiddick Skyline

"Chappaquiddick Skyline"

Il semblerait que Will Oldham ait un concurrent sérieux en ce qui concerne le choix des noms hétéroclites de ses projets. Car derrière ce Chappaquiddick Skyline (totalement imprononçable), se cache un certain Joe Pernice, personnage hélas trop discret, ayant tout d'abord sévi à la tête des Scud Mountain Boys ("Pine Box", "Dance The Night Away", "Massachussets") puis, plus récemment, avec les Pernice Brothers pour un unique album ("Overcome By Happiness").
L'univers musical de Joe Pernice, qui peut sembler simple au premier coup d'oreille, est en fait un véritable nid douillet dans lequel on s'enfonce petit à petit jusqu'au moment où on ne peut plus s'en extirper. La première fois que l'on découvre un album de l'Américain, on se dit que oui cette pop emplie des années 60 est douce, gentille, mais pas spécialement innovante et nécessaire. Mais, comme d'autres groupes trop peu connus (au hasard les Trash Can Sinastras, Josh Rouse, Cardinal...), c'est en insistant et en réécoutant des dizaines de fois les albums que la magie pernicienne (pernicieuse ?) finit par opérer. Et à ce moment les mélopées deviennent imparables et surtout mettent en avant la voix de Joe, voix à laquelle on pourrait coller des tonnes d'adjectifs (suave, sensuelle, caressante, cajoleuse...) sans hélas rendre compte de l'état dans lequel on se trouve à chaque écoute.

 
XHTML | CSS | hinah RSS