:: One-(Week/Month) Stand

:: articles triés par date...

:: articles triés par nom...

:: hinah diary

:: hinah RSS
hinah RSS

:: sur la platine

Sam Amidon

"The Following Mountain"

The Bats

"The Deep Set"

Borja Flames

"Nacer Blanco"

André Brasseur

"Lost Gems From The 70's"

René Costy

"Expectancy"

The Feelies

"In Between"

Greenberger Jones Corsano

"An Idea In Everything"

Ignatz

"The Drain"

Mendelson

"Sciences Politiques"

Hailu Mergia & Dahlak Band

"Wede Harer Guzo"

Mdou Moctar

"Afelan"

Moon Duo

"Occult Architecture Vol. 1 & 2"

Thurston Moore

"Rock N Roll Consciousness"

Janko Nilovic

"Chorus" & "Funky Tramway" & "Pop Impressions"

Orso Jesenska

"Effacer la mer" & "Les variations d'ombre"

Piano Magic

"Closure"

Benoît Pioulard

"The Benoît Pioulard Listening Matter"

Fatou Seidi Ghali & Alamnou Akrouni

"Les Filles de Illighadad"

Sleaford Mods

"English Tapas"

Sun Ra

"The Magic City" & "Other Planes Of There"

Tinariwen

"Elwan"

Various Artists

"The Hired Hands - A Tribute To Bruce Langhorne"

Various Artists

"Funky Chimes - Belgian Grooves From The 70's - Part 1 & 2"

Richard Youngs

"Inside The Future" & "The Rest Is Scenery"

01-01-2000

Venus - Welcome To The Modern Dance Hall

Venus

"Welcome To The Modern Dance Hall"

Ca commence pourtant assez mal. Un gros rythme, un chanteur asthmatique au bord de la suffocation ("Out Of Breath", tu l'as dit), des guitares baveuses, et on en arrive à se demander si la Belgique aussi nous a pondu un Muse... Heureusement, au bout de plusieurs titres difficiles, on est enfin récompensé de sa patience. Car il faut les mériter, ces bons morceaux, mais ô joie, ils existent et ils valent le détour.  "She's So Disco", inévitablement, est aussi efficace que le bon vieux "Loser" de Beck et ce n'est peut-être pas un hasard. A signaler surtout, quelques réussites qui montrent une fois de plus qu'il n'est pas nécessaire d'en rajouter des couches et de faire trop gras pour être convaincant : "Pop Song" la bien nommée est l'occasion d'une joute sautillante entre les cordes et la batterie et "Don't Say You Need Love (I Know You Do)" pourrait être une berceuse de James - d'ailleurs, par moments, on jurerait entendre Tim Booth. Espérons que Venus continuera dans cette direction, celle des belles mélodies et des arrangements tout en finesse, même s'il faut désormais compter sans leur contrebassiste.

 
XHTML | CSS | hinah RSS