:: One-(Week/Month) Stand

:: articles triés par date...

:: articles triés par nom...

:: hinah diary

:: hinah RSS
hinah RSS

:: sur la platine

Sam Amidon

"The Following Mountain"

The Bats

"The Deep Set"

Borja Flames

"Nacer Blanco"

André Brasseur

"Lost Gems From The 70's"

René Costy

"Expectancy"

The Feelies

"In Between"

Greenberger Jones Corsano

"An Idea In Everything"

Ignatz

"The Drain"

Mendelson

"Sciences Politiques"

Hailu Mergia & Dahlak Band

"Wede Harer Guzo"

Mdou Moctar

"Afelan"

Moon Duo

"Occult Architecture Vol. 1 & 2"

Thurston Moore

"Rock N Roll Consciousness"

Janko Nilovic

"Chorus" & "Funky Tramway" & "Pop Impressions"

Orso Jesenska

"Effacer la mer" & "Les variations d'ombre"

Piano Magic

"Closure"

Benoît Pioulard

"The Benoît Pioulard Listening Matter"

Fatou Seidi Ghali & Alamnou Akrouni

"Les Filles de Illighadad"

Sleaford Mods

"English Tapas"

Sun Ra

"The Magic City" & "Other Planes Of There"

Tinariwen

"Elwan"

Various Artists

"The Hired Hands - A Tribute To Bruce Langhorne"

Various Artists

"Funky Chimes - Belgian Grooves From The 70's - Part 1 & 2"

Richard Youngs

"Inside The Future" & "The Rest Is Scenery"

01-09-1998

Lambchop - What Another Man Spills

Lambchop

"What Another Man Spills"

Lambchop nous est apparu en 1994 avec son premier album "Jack's Tulip" comme un cousin américains des magnifiques Tindersticks. Même passion pour les ballades sombres, pour les orchestrations, pour les voix marquantes. Seule différence notable la notion de groupe car si les Tindersticks sont une entité non séparable, Lambchop vit autour de Kurt Wagner leader et véritable génie mélodique. Viennent ensuite se greffer sur chaque disque nombre d'amis musiciens. Depuis, Lambchop a été suffisamment productif pour éponger notre soif de nouvelles chansons : un album par an semble la moyenne adoptée par Kurt Wagner. C'est ainsi que 1998 voit arriver dans les bacs "What Another Man Spills", nouvel opus et nouvelle réussite du groupe. La recette du groupe est en même temps simple et compliquée car si les albums sortent de la même matrice, chacun apporte une nouvelle brique à l'édifice. Sur cet album les mélodies sont une nouvelle fois caressées par des cordes, des cuivres, une guitare hawaïenne (guitare étant apparue la première fois sur l'album "Hank"), et la voix aigre-douce de Wagner. Mais Kurt, depuis l'album précédent, a compris qu'il était également sympa de laisser la place à quelques créations de ses petits copains. Du coup certaines chansons viennent nous chatouiller l'oreille suivant d'autres schémas et surtout l'occasion nous est donnée de tomber sur "Give me Your Love (Love Song)" reprise de Curtis Mayfield au rythme détonnant!

 
XHTML | CSS | hinah RSS