:: One-(Week/Month) Stand

:: articles triés par date...

:: articles triés par nom...

:: hinah diary

:: hinah RSS
hinah RSS

:: sur la platine

Sam Amidon

"The Following Mountain"

The Bats

"The Deep Set"

Borja Flames

"Nacer Blanco"

André Brasseur

"Lost Gems From The 70's"

René Costy

"Expectancy"

The Feelies

"In Between"

Greenberger Jones Corsano

"An Idea In Everything"

Ignatz

"The Drain"

Mendelson

"Sciences Politiques"

Hailu Mergia & Dahlak Band

"Wede Harer Guzo"

Mdou Moctar

"Afelan"

Moon Duo

"Occult Architecture Vol. 1 & 2"

Thurston Moore

"Rock N Roll Consciousness"

Janko Nilovic

"Chorus" & "Funky Tramway" & "Pop Impressions"

Orso Jesenska

"Effacer la mer" & "Les variations d'ombre"

Piano Magic

"Closure"

Benoît Pioulard

"The Benoît Pioulard Listening Matter"

Fatou Seidi Ghali & Alamnou Akrouni

"Les Filles de Illighadad"

Sleaford Mods

"English Tapas"

Sun Ra

"The Magic City" & "Other Planes Of There"

Tinariwen

"Elwan"

Various Artists

"The Hired Hands - A Tribute To Bruce Langhorne"

Various Artists

"Funky Chimes - Belgian Grooves From The 70's - Part 1 & 2"

Richard Youngs

"Inside The Future" & "The Rest Is Scenery"

01-07-2001

Instantanés #3 - Norfolk & Rider, Early Day Miners, Whip, Last Harbour, Pernice Brothers, The Blasco Ballroom

Instantanés #3

Norfolk & Rider, Early Day Miners, Whip, Last Harbour, Pernice Brothers, The Blasco Ballroom

Quelques petits 7" pour se mettre en train : tout d'abord le projet Norfolk & Rider ou la rencontre sur un split single d'Adam Selzer de Norfolk & Western et de Mark Wyman de Shoes & Rider. Concept de ce disque : Mark et Adam écrivent chacun de leur côté un morceau qui sera retravaillé par le second. Au final, deux superbes interprétations en finesse où le folk minimaliste de Norfolk & Western est enjolivé par une douce couche d'électronique et où la joliesse de la pop façon Shoes & Rider est mise en avant par la production toujours retenue d'Adam Selzer (avec quelques notes - toujours en retrait - de guitare, mandoline, cymbale...). Les Flamands de Zeal Records ont la bonne idée de sortir un deux titres d'Early Day Miners histoire de nous faire patienter entre deux albums. Et on ne peut que les remercier d'avoir dégoté et de nous dévoiler ces deux douceurs : sur la première face, un morceau superbe de pop légère et lente, sur l'autre côté de la galette, un instrumental beaucoup plus proche du son Ativin et qui aurait pu largement figurer sur leur "German Water". Chez ces mêmes Zeal Records, un 7" à se procurer d'urgence : celui d'un groupe inconnu par ici nommé Whip qui, grâce à ses chansons, nous fera revivre la découverte des premiers Palace et Songs: Ohia. Aridité dans la voix et mélancolie des morceaux font que l'on ne peut que se noyer dans ces micro-sillons. De Last Harbour, on ne connaît pas grand chose à part ce single trouvé par hasard chez l'excellent mail-order français Méridians et qu'un album doit très bientôt voir le jour. Mais dès les premières notes de "Past", mélange somptueux de Lambchop (période "Jack's Tulip") et d'Arab Strap (version "Philophobia"), nous débarquons en terrain connu chez des gens qui partagent notre passion immodérée pour le spleen musical. Les trois autres titres présents sur le single viennent enfoncer le clou et confirmer que Last Harbour est un faiseur de beauté sombre et mélodieuse. Après une petite escapade de deux ans (qui aura donné le jour au sublime projet Chappaquiddick Skyline et au sauvetage in extremis d'anciens morceaux des Scud Mountain Boys), Joe Pernice est de retour avec sa petite famille pour son groupe le plus pop : les Pernice Brothers. Les mélodies d'un disque de Joe n'avaient jamais encore été aussi joyeuses, entraînantes et directes, mais bien sûr ce qui fait de ce disque une nouvelle perle est la voix suave (à se damner) du Bostonien toujours placée très en avant et qui porte encore une fois l'ensemble aux sommets. "Film" de The Blasco Ballroom, projet du français Frédéric Blasco épaulé par des membres de Sparklehorse, Cracker et par Lauren Hoffman, est typiquement un album à écouter quelques dizaines de fois avant de véritablement se laisser emporter par les morceaux. Aux premières écoutes on pense indéniablement aux premiers Tindersticks (à leur finesse, à ces voix graves et fatiguées de lendemain de cuite) mais on retrouve aussi le "Liberation" de Neil Hannon pour le côté orchestré mais non pompeux. Ensuite on abandonne ces références et on se laisse porter pour le charme dandy qui émane de ces dix merveilles.

 
XHTML | CSS | hinah RSS