:: One-(Week/Month) Stand

:: articles triés par date...

:: articles triés par nom...

:: hinah diary

:: hinah RSS
hinah RSS

:: sur la platine

Sam Amidon

"The Following Mountain"

The Bats

"The Deep Set"

Borja Flames

"Nacer Blanco"

André Brasseur

"Lost Gems From The 70's"

René Costy

"Expectancy"

The Feelies

"In Between"

Greenberger Jones Corsano

"An Idea In Everything"

Ignatz

"The Drain"

Mendelson

"Sciences Politiques"

Hailu Mergia & Dahlak Band

"Wede Harer Guzo"

Mdou Moctar

"Afelan"

Moon Duo

"Occult Architecture Vol. 1 & 2"

Thurston Moore

"Rock N Roll Consciousness"

Janko Nilovic

"Chorus" & "Funky Tramway" & "Pop Impressions"

Orso Jesenska

"Effacer la mer" & "Les variations d'ombre"

Piano Magic

"Closure"

Benoît Pioulard

"The Benoît Pioulard Listening Matter"

Fatou Seidi Ghali & Alamnou Akrouni

"Les Filles de Illighadad"

Sleaford Mods

"English Tapas"

Sun Ra

"The Magic City" & "Other Planes Of There"

Tinariwen

"Elwan"

Various Artists

"The Hired Hands - A Tribute To Bruce Langhorne"

Various Artists

"Funky Chimes - Belgian Grooves From The 70's - Part 1 & 2"

Richard Youngs

"Inside The Future" & "The Rest Is Scenery"

23-04-2004

Vincent Vanoli - Cinq digressions

Vincent Vanoli

"Cinq digressions"

Vanoli, comme son nom l'indique, vient d'une famille italienne. Celle-ci ayant atterri dans l'est de la France, le jeune Vincent a eu droit une éducation bercée par le côté rugueux des travailleurs (très visible dans "La comète" et "L'usine électrique"). Mais derrière ce nom se cachent aussi de véritables tableaux en noir et blanc et une grosse dose d'humour potache comme vous allez pouvoir le lire...

Les cinq mots choisis par Vincent Vanoli :
Doute
bande dessinée des années 80
guerre
soulagement
la fin



Doute
L'autre jour, je cherchais mon album de Slade. Bon sang, impossible de le trouver. Où l'aurais-je fourré ? L'aurais-je même prêté ? Si oui, à qui ?


Bande dessinée des années 80
Je viens de finir (de lire) Edmond le Cochon. Je recommande ! Vive la bande dessinée des années 80 !


guerre
Aucun Vietnamien de moins de 15 ans ne connaissait les Byrds. Aucun Irakien du même âge ne connaît Carla Bruni.


soulagement
4ème digression... Ouf, plus qu'une.


la fin
Bon, la dernière, elle a intérêt à envoyer les watts.
D'une manière générale, d'ailleurs, une fin, ça ne doit pas être loupé.

 
XHTML | CSS | hinah RSS