:: One-(Week/Month) Stand

:: articles triés par date...

:: articles triés par nom...

:: hinah diary

:: hinah RSS
hinah RSS

:: sur la platine

Sam Amidon

"The Following Mountain"

The Bats

"The Deep Set"

Borja Flames

"Nacer Blanco"

André Brasseur

"Lost Gems From The 70's"

René Costy

"Expectancy"

The Feelies

"In Between"

Greenberger Jones Corsano

"An Idea In Everything"

Ignatz

"The Drain"

Mendelson

"Sciences Politiques"

Hailu Mergia & Dahlak Band

"Wede Harer Guzo"

Mdou Moctar

"Afelan"

Moon Duo

"Occult Architecture Vol. 1 & 2"

Thurston Moore

"Rock N Roll Consciousness"

Janko Nilovic

"Chorus" & "Funky Tramway" & "Pop Impressions"

Orso Jesenska

"Effacer la mer" & "Les variations d'ombre"

Piano Magic

"Closure"

Benoît Pioulard

"The Benoît Pioulard Listening Matter"

Fatou Seidi Ghali & Alamnou Akrouni

"Les Filles de Illighadad"

Sleaford Mods

"English Tapas"

Sun Ra

"The Magic City" & "Other Planes Of There"

Tinariwen

"Elwan"

Various Artists

"The Hired Hands - A Tribute To Bruce Langhorne"

Various Artists

"Funky Chimes - Belgian Grooves From The 70's - Part 1 & 2"

Richard Youngs

"Inside The Future" & "The Rest Is Scenery"

21-06-2004

Ici d'ailleurs... - 0101 - Digressions OuMuPiennes

Ici d'ailleurs... - 0101

"Digressions OuMuPiennes"

Samedi 12 juin, nous assistons aux Voûtes à l'assemblée générale 2004 de l'Association. En fait, il s'agit surtout d'une manifestation présentant des projections, quelques performances de dessinateurs et quelques concerts. Nous retrouvons notre camarade Vincent Vanoli qui a du mal à s'arracher du bar et qui nous présente Laurent du label Ici d'ailleurs... Nous discutons bien entendu musique, indépendance, Yann Tiersen... et nous finissons par en venir à la bande dessinée. Laurent, et par la suite Stéphane, nous dévoilent leur projet OuMuPien pour le label : proposer un jeu de contraintes à des musiciens et en même temps travailler avec des dessinateurs OuBaPiens (ces dernières contraintes étant imposées par JC Menu de l'Asso). évidemment ce projet nous enchante et nous désirons les faire travailler pour hinah en modifiant légèrement nos fameuses digressions : les digressions, que nous choisissons dans leur texte de présentation du projet, passent de cinq à huit (car il y a huit contraintes OuMuPiennes) et ils doivent ajouter une digression supplémentaire. Et c'est Stéphane qui s'y colle.

Site de l'OuMuPo contenant les contraintes OuMuPiennes et OuBaPiennes du projet :
OuMuPo

Les deux premières sorties prévues en août sont :
- oumupo1 : The Third Eye Foundation + Jochen Gerner
- oumupo2 : Rob Swift + Etienne Lecroart


Les huit mots choisis par hinah :
OuBaPo
Coffret
Boucle
Détourner
Dominique Petitgand
42'
Itération
émulation

Le mot choisi par Stéphane :
Contrainte



OuBaPo
C'est l'Association dans toute sa splendeur, l'esprit ludique par l'effort et la qualité. Ils sont uniques chez cet éditeur, j'y ai vu un certain miroir de notre structure, certainement les mêmes défauts d'organisation et de moyens mais réellement animés par une seule passion, celle de la bande dessinée. Tout comme nous, l'association ne choisit pas ses publications en fonction de leur potentiel de vente mais de leur qualité artistique. Sa longévité n'est due qu'à sa qualité.
L'OuBaPo est certainement un des Ou-X-Po les plus réussis, l'image permet beaucoup d'ouvertures en terme de contraintes, elle a donc l'ambivalence d'être facilement utilisable mais de se prêter le plus facilement aux règles les plus ardues. L'idée de créer un OuMuPo m'est tout de même venue parce que j'avais les recueils OuBaPo dans ma bibliothèque...


Coffret
Notion de trésor, de plaisir, dans le coffret se trouve la magie, on ne sait pas ce qu'il y a dedans ou on le présume, notion de valeur, coffret à perles (idioties ?), on enferme aussi ses souvenirs dans un coffret.


Boucle
Noeud de Moebius, le temps qui se distord et qui se répète à jamais, j'adore la notion de boucle dans la musique, cette impression de variations qui se tisse au fur et à mesure, entre les boucles l'imagination est fertile, elle ajoute sa propre expression.


Détourner
Détourner c'est travestir, prendre les choses à soi, les ingérer et les restituer à autrui.
Cela sous-entend de bien connaître son sujet, on ne détourne pas quelque chose sans l'appréhender au mieux, sans vouloir le posséder.
C??est aussi ne pas vouloir accepter ce qui est, ne pas se satisfaire de ce qu'on vous donne tel quel. Dans détourner il y a détour, j'aime cette notion de ne pas aller directement, en ligne droite, la vie n'est qu'un cumul de tours, détours et de détournements. C'est ce qui fait sa richesse d'expression.


Dominique Petitgand
Génial compositeur de mots, formidable tronqueur de réalité. Celui qui pourrait se créer à chacune de ses compositions les contraintes les plus délirantes. Tout comme l'image le mot est très ambivalent et ouvert à toutes les manipulations possibles, Dominique en use à merveille, du silence aussi.
C'est donc normal (et d'autant plus lorsque l'on connaît ses oeuvres) qu'il y ait une règle spécifique à Dominique.
Sa démarche créative pouvant inclure facilement la notion oulipienne, elle est logiquement celle qui se prête à tous les abus. Il serait trop facile pour un artiste d'user abusivement des paroles de Dominique, de les répéter à tort et à travers et de renvoyer une image négative et déformée de la valeur artistique de Dominique. Ce que l'on entend est si naturel que l'on ne perçoit pas le travail de composition, de montage, de mise en scène. C'est là toute sa force et bien entendu la base de possibles malentendus sur ces créations qui doivent s'écouter si possible dans leur entièreté. Obliger un artiste à prendre une durée imposée sur les oeuvres de Dominique, c'est le forcer à considérer l'ensemble de l'oeuvre, tant les paroles que l'ambiance qui est recréée.


42'
le temps idéal pour un disque "lp" est selon moi compris dans une fourchette de 36 à 42'; arriver au bout d'un album avec un léger sentiment de frustration rien de mieux ! c'est comme tout ; cela veut dire que l'on a pris du plaisir tout du long et que l'on en veut plus... on remet donc le disque au début ! Je n'aime pas les disques où on en met tant qu'on peut, mis à part les projets conceptuels bien entendu, à plus d'une heure, souvent se révèlent des titres plus faibles, on finit toujours par passer la même sélection de titres et ne plus écouter l'album dans son intégralité et oublier pourquoi les titres sont là.


Itération
J'aime ce mot, dans sa prosodie, tel qu'il est sans en chercher son sens premier. Il est facile de restituer dans son intégralité, une mélodie ou une image, de couper/coller un dessin, de refaire le même geste, lui donner un véritable sens dans un progression narrative est bien plus compliqué. l'itération à l'inverse du détournement est plus contre nature, vouloir replacer à l'identique quelque chose dans le continuum a quelque chose de presque malsain, ne pas accepter ce qui a été et qui ne sera plus, c'est aussi très humain. Dans l'Oubapo, je suis très amateur des itérations, elle confine souvent à l'absurde, au malaise mais aussi aux (dé)tournements des histoires.


émulation
C'est un réel plaisir d'avoir pu confronter nos idées à celles des membres de l'OuBaPo, et en particulier à celles de JC Menu. Je crois vraiment que cela nous permet de proposer un objet culturel plus riche que ne l'était notre idée de départ. Vive l'émulation, donc !


Contrainte
Voila un mot, qui, pour peu que l'on s'y attarde, fait fuir l'humanité entière ! la contrainte est tout sauf amusante à la base, mais elle empêche la facilité et pousse à la réflexion. Contraindre c'est obliger. En revanche dans un cadre artistique, lorsque l'on accepte la règle, c'est s'amuser. se donner des limites ou brider son imagination par des contraintes peut avoir comme contrepartie d'ouvrir des portes, tout du moins de les chercher, ce qui peut paraître paradoxal mais pourtant bien évident.
C'est aussi se remettre en cause par le défi, vouloir se surpasser et surpasser ce qui est imposé, le transgresser et le détourner aussi.

 
XHTML | CSS | hinah RSS